HDS: Chapitre 5: V

Précédent | Table des matières | Suivant


Gabriel leva sa main au-dessus de Shang Ke avec l’élégance d’une reine. « J’ai attendu longtemps l’arrivé de ce jour. Aujourd’hui, je vais déverser sur toi toute la colère que j’ai emmagasiné par ta faute. »

Après l’avoir giflé encore une fois, il se sentit rafraîchi, comme s’il avait achevé un grand projet.

Shang Ke le regarda froidement.

Gabriel tripotait tranquillement son col, ses doigts arrêtant le dispositif d’interférence. Immédiatement après, il se baissa pour tirer la couverture de Shang Ke et dit d’une voix douce: «Vous semblez vraiment fatigué, alors assurez-vous de bien vous reposer. Je viendrai vous rendre visite à nouveau. C’est juste que … la prochaine fois sera  surement des adieux, car  tu seras peut-être déjà dans ta tombe.» Ses derniers mots étaient très doux et mielleux, au point qu’il était presque en train de coller à l’oreille de Shang Ke quand il l’a dit.

Cela dit, il recula d’un pas et révéla un sourire enjoué, le dos tourné vers la caméra, avant de se retourner et de partir.

L’aspect satisfait de cette humble personne donne vraiment envie de le frapper deux fois.

Le « Cagé original » était un peu arrogant et obstiné, il ne traitait pas très bien Gabriel, mais ce n’était pas une raison pour que Gabriel le poignarde quand il était sur le point de mourir, n’est-ce pas? A quel point sa haine était grande? De plus, le père de Cagé était son père adoptif et son bienfaiteur. Il ne devrait pas mordre la main qui le nourrit si facilement.

Shang Ke fixa le plafond, plongé dans ses pensées. Il pensait à comment lui donné une leçon, ses mains incapables de bouger et sa bouche incapable de parler. Alors qu’il continuait de penser, sa vision devint floue. Oh, si endormi, dormons d’abord pensons après …

Quand Ravel est entré dans la chambre du malade, le garçon sur le lit était profondément endormi. Ses cheveux souples étaient collés à son front avec les extrémités légèrement surélevées, ce qui le faisait paraître un peu languissant. Le coucher de soleil passant par la fenêtre, laissait une faible lueur rouge sur son visage mince.

Ravel le rejoignit tranquillement, il tendit la main pour dégager les cheveux tombant sur ses paupières. Soudainement, son mouvement s’arrêta net alors que sa ligne de vue tomba sur les côtés des yeux de Cagé. Il y avait des égratignures superficielles. Si l’on n’était pas prudent et attentif, c’était très facile de les rater.

Il accompagnait Cagé tous les jours, il était donc parfaitement clair sur ses blessures et cette égratignure n’existait pas il y a quelques heures.

Les médecins et les infirmières qui ont pris soin de Cagé ont été soigneusement sélectionnés, et ils essaieraient a tout prix de ne rien porter de pointu sur eux. Normalement, les infirmières portaient également des gants stérilisés et travaillaient très soigneusement. Ils ne le frapperaient pas ni ne le heurteraient, impossible de lui faire une égratignure.

Ravel resta silencieux un moment, avant de quitter la pièce et de demander au gardien de la sécurité: « Est-ce que quelqu’un a rendu visite à Cagé aujourd’hui? »

Le gardien répondit: « Le jeune Maître Gabriel est venu tout à l’heure, mais il est parti il ​​y a environ deux heures. »

« Général, il s’est passé quelque chose? » Kahn vit que l’expression de Ravel était étrange et s’approcha rapidement pour demander.

Les yeux de Ravel étaient sombres alors qu’il disait, « Je vais à la salle de surveillance. »

Les deux sont allés à la salle de surveillance, le médecin en charge de prendre soin de Cagé les a également suivie.

Lorsque le gardien de la salle de surveillance les a vus, il s’est immédiatement levé pour les saluer.

Ravel agita la main et lui ordonna de montrer ce qu’il s’est passé il y a deux heures.

L’homme de la sécurité a immédiatement fait comme il a été dit.

Les scènes qu’a filmées la caméra ont rapidement défilées sur l’écran, s’arrêtant sur la scène où Gabriel s’est présenté.

Ravel observa Gabriel entrer dans la chambre du malade, avant de se tenir au chevet de l’autre pendant un moment. Après cela, il s’est penché pour l’aider à remettre sa couverture, en disant « Je reviendrai te voir » avant de partir. Il n’y avait aucun problème, toute ses actions était dans les règles.

Ravel l’a regardé à plusieurs reprises avant de commander, « Analysez la vidéo quand Gabriel est entré dans la salle. »

Kahn lui a demandé, « Général, vous suspectez Gabriel de porter un dispositif d’interférence? »

Le visage de Ravel était inexpressif, ses yeux étaient froids. Il n’était pas suspect, il était certain.

En quelques minutes, l’analyse était complète. La scène depuis le moment où Gabriel était entré dans la chambre du malade était clairement exposée devant eux.

【Comment était le goût de la torture? 】 Ses premiers mots ont rendu tout le monde malheureux, et ils l’ont entendu continuer, 【Regardes toi maintenant, luttant à la porte de la mort. Vraiment pitoyable.】

【Sais-tu que tes jours sont comptés? 】

Les gens dans la salle de contrôle avaient tous le souffle coupé. Ils ne pouvaient pas croire que Gabriel osait dire des mots si durs à Cagé.

Quand ils l’ont entendu dire «j’hériterai de la famille et de ses honneurs», tout le monde a involontairement froncé les sourcils.

En effet, tant que Cagé mourrait, Gabriel serait le dernier successeur d’Utrecht en tant que fils adoptif. Les honneurs qu’ont gagnés Utrecht et Cagé en échangeant leurs vies finiraient entre les mains de ce type de personne?

« Pa! » Le son clair résonnait de l’écran. Ils ont regardé l’écran avec incrédulité, Gabriel a réellement osé gifler Cagé!

Un silence mortel régnait dans la salle de surveillance, tous ses occupants étaient irrités  et sans voix. Dans la vidéo, Cagé menti sur le lit d’hôpital, impuissant, les yeux emplies de colère alors qu’il regardait Gabriel. Il semblait avoir mille mots à dire, mais ne pouvait pas les prononcer.

Après le départ de Gabriel, Cagé regarda le plafond silencieusement. Une couche de brume se forma graduellement dans ses yeux vert foncé, comme s’il allait verser des larmes. Cependant, elles ne sont jamais tombées. Ça aurait été mieux s’il avait pleuré,  la façon dont il s’est retenue rendait tout le monde encore plus mal.

« Comment est-ce que Gabriel … » Kahn n’avait même pas fini sa phrase quand il sentit des frissons lui parcourir le corps. Il vit l’expression glaciale de Ravel, son regard pouvait transpercer une personne. De toute sa personne émanait une puissante aura meurtrière.

Kahn pouvait imaginer comment se sentait Ravel actuellement. Il était un homme tellement rigide et monotone, et en plus du travail il y avait juste plus de travail. Sa vie était très ennuyeuse, mais depuis l’apparition de Cagé, c’était comme si une magnifique tache de couleur s’était étalée sur son monde, et qu’il devenait graduellement colorée et éclairée. Grâce à ça toute sa personne est devenue plus douce.

Peut-être que la personne concerné n’avait même pas remarqué que son attachement à Cagé avait déjà dépassé la norme. Il allait de tout cœur nourrir le garçon tous les jours, et s’assurait qu’il ne subisse pas la moindre blessure. Et maintenant, le garçon qu’il chérissait plus qu’un trésor avait été humilié par une autre personne devant ses yeux. Comment pourrait-il resté calme et ne pas être en colère?

Cagé ne pouvait ni bouger ni parler. Si Ravel n’était pas si attentif, alors l’humiliation qu’il a reçue aujourd’hui n’aurait, peut-être, jamais été découverte par qui que ce soit.

Quand il a réfléchi jusque-là, la bonne opinion qu’avait Kahn de Gabriel a chuté au point de non-retour. S’ils permettaient à ce genre de personne d’hériter de cette honorable famille, ce serait tout simplement une insulte envers le général Utrecht et Cagé.

– « Kahn. » Ravel prit soudain la parole. « Garde un œil sur Gabriel et attends-moi. »

Il partit immédiatement après avoir dit cela, marchant à grands pas vers la chambre de Cage.

Shang Ke était déjà réveillé, profitant des doux soins de l’infirmière.

À ce moment, une grande main retira la serviette des mains de l’infirmière, aidant doucement Shang Ke à essuyer son visage.

Quand il a senti l’odeur familière, Shang Ke a ouvert les yeux. Voyant que c’était Ravel, il a révélé un sourire. Après tout, ayant constamment reçu les soins de cet homme, il lui était impossible de ne pas avoir une impression favorable de lui.

Les yeux de Ravel s’obscurcirent et il continua à regarder l’autre. Il ne montra aucune intention de déplacer son regard ni de cligner des yeux.

Shang Ke était habitué. Cet homme aimait parfois regarder longtemps quelque chose, comme ses yeux, ses mains, sa nourriture, ses vêtements, sa tasse, son lit … Bref, tout dans cette pièce avait déjà été regardé par lui.

Si l’une de ces choses était sensible, ils auraient probablement été effrayés à mort par son regard acéré.

Cependant, le regard de cet homme était un peu différent de d’habitude. Dans ces yeux glacés, il y avait de la tendresse, et dans la tendresse il y avait de la colère, et dans la colère il y avait de la tristesse … Ne lui demandez pas comment il pouvait glaner autant d’informations avec juste une paire d’yeux, c’était vraiment parce qu’il s’ennuyait trop!

«Veux-tu sortir un peu?» Lui demanda Ravel.

Oh! Tu as finalement pensé à me laisser prendre l’air? Une belle et brillante lumière transforma l’expression de Shang Ke, tel deux étoiles illuminant le ciel.

Les yeux de Ravel devinrent plus doux et il enleva la couverture, le souleva et le plaça doucement dans un fauteuil roulant, avant de commencer à le pousser dans le jardin.

Le fauteuil roulant avait d’innombrables fonctions, il pouvait même flotter et voler. Si les mains et les pieds de Shang Ke n’étaient pas paralysés, il était tout à fait possible pour lui d’utiliser le fauteuil roulant pour voyager n’importe où.

Cet hôpital appartenait à la famille royale, et a seulement reçu la noblesse et les officiers avec des accomplissements spéciaux. Il y avait de magnifique paysage, c’était un environnement très agréable.

Bénéficiant de la brise chaude et sentant les fleurs parfumées, Shang Ke était très à l’aise.

À vrai dire, s’il n’était pas paralysé et ne devait pas passer les trois missions de mort imminente, il estime que passer le reste de sa vie dans ce monde serait un très bon choix. Il avait maintenant une identité, un statut et un soutien. Il n’avait pas besoin de s’inquiéter de la nourriture ou des vêtements, et pouvait simplement suivre le personnage principal et profiter de sa jeunesse. La vie ne pouvait tout simplement pas être plus parfaite.

«Sire Ravel.» En ce moment, un bel homme en uniforme militaire marchait en tenant un grand bouquet de fleurs. Il salua d’abord Ravel, avant de tourner son regarder vers Shang Ke et de sourire doucement. « Jeune Maître Cagé, bonjour. »

Shang Ke regarda Ravel, qui lui présenta: «C’est le fils d’un vieil ami de ton père, le colonel Roy.»

Shang Ke hocha la tête en signe de salut.

«Cagé, ce bouquet de fleurs est pour toi.» Roy plaça doucement le bouquet de fleurs dans les bras de Shang Ke, clignant des yeux nerveusement. « J’ai choisi les fleurs personnellement. J’espère qu’elles te plaisent. »

Le bouquet était immense, couvrant presque tout le visage de Shang Ke. Seuls ses deux yeux vert foncé étaient exposés à travers, comme un petit chaton qui se cachait dans un parterre de fleurs. C’était mignon au-delà des mots, le cœur de Roy se serra.

Pendant qu’il était torturé, il était comme un guépard féroce, et même quand il a perdu ses griffes acérées, sa forte volonté n’a pas diminué. Cependant, son lui actuel était aussi doux et inoffensif qu’un petit animal. Qui aurait crue qu’un cœur aussi tenace se trouvait  à l’intérieure d’un corps si fragile? Le contraste était si fort que toute personne le voyant serait profondément émue.

« Je voulais vraiment venir te rendre visite plutôt, mais je n’arrêtais pas de m’inquiéter si j’allais ou pas perturber ton repos. Maintenant que je suis capable de te voir si plein de vigueur, je suis soulagé. » Les yeux de Roy détenaient une joie sincère alors qu’il continuait, « Après que tu te sois rétabli, permets-moi de te divertir en t’emmenant à King City.»

Bien qu’il ait dit cela, ils savaient tous que c’était impossible.

«Roy, puisque tu l’as vu, alors tu peux partir maintenant.» Ravel parla soudainement interrompant Roy, ce qui l’empêcha de retenir l’attention de Shang Ke.

Roy ne put qu’hausser les épaules avec regret, avant de saluer et de se retourner pour partir.

Ravel s’accroupit à côté de Shang Ke et demanda, « Que penses-tu de Roy? »

Sa première impression? Assez bonne. Shang Ke regarda Ravel avec une expression perplexe.

«Alors», continua Ravel, «si nous permettons à Roy de prendre la place de Gabriel en  tant que successeur de ton père et d’obtenir l’héritage, serais-tu d’accord?»


NT: Ouf… Enfin Fini, je n’ai pas relu donc il doit y avoir quelques/beaucoup de fautes désolé. J’espère que c’est compréhensible et que ce chapitre vous a plu. Je suis H.S., je crois que je ne suis vraiment pas faite pour traduire mais je vais continuer quand même.


Précédent | Table des matières | Suivant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s